Prix Participation Approche participative

Ma cour de récrée : un jardin-forêt

Structure : Atelier CLAP
Stéphanie QUERIO

Avec près de 90 arbres plantés, la cour de l’école élémentaire Sud de Libourne fait place à un jardin-forêt, avec des plantations comestibles adaptées à la sécheresse. Depuis la rentrée, les 2300m2 d’enrobé imperméable se sont transformés avec la création d’un salon de lecture, de bosquets pédagogiques, de lanières arborées et d’un grand sol ludique coloré. Les nouveaux milieux vivants et ombragés permettent d’abaisser les températures estivales et de limiter le ruissellement des eaux pluviales.
Nous portons le rêve, le jeu et l’engagement sur chaque mission. Ici, la commande initiale s’est transformée en projet pilote pour les écoles de toute la ville.

Le Rêve. La cour devient un espace vivant, joyeux et poétique stimulant l’imaginaire, suscitant la curiosité et proposant d’autre manière d’apprendre.
L’implantation d’un sol colorée au centre de la cour, apporte un cœur ludique et participe à réduire la température du sol.
Les lanières arborées agissent comme des filtres le long des classes, créant un ombrage en été et laissant passer la lumière en hiver. Les bosquets amènent un univers propice aux activités plus calmes.

Le Jeu. Nous avons élaboré une maquette modulaire manipulable, afin de permettre la compréhension et la co-construction du projet avec les enfants, enseignants, périscolaire, techniciens et élus.
Via les animateurs du périscolaire, nous avons investi les enfants vis-à-vis du projet : construction de nichoirs et mangeoires, fabrication de pancartes botaniques pédagogiques, plantations de graines et d’arbres, etc.
Un calendrier pédagogique et ludique est initié, basé sur le cycle d’une année scolaire et proposant des actions à réaliser chaque saison. Les enseignants et le périscolaire se sont rapidement approprié l’outil et considèrent la cour comme le support d’un projet pédagogique à part entière !

L’engagement. Pour nous, il s’agit d’agir vite et fort afin d’être à la hauteur de la tâche à accomplir face au changement climatique. Il s’agit de réintroduire un sol vivant, perméable favorisant la biodiversité et l’infiltration des eaux pluviales. Sobre et frugale, la réalisation permet de démontrer que l’on peut avoir un impact hautement positif avec peu de moyens (30€ HT/m2). Les matériaux utilisés sont locaux, biodégradables et renouvelables.
Enfin, l’accompagnement de ce changement philosophique se poursuit par la création d’un carnet de gestion avec les services de la ville, afin d’optimiser l’entretien et le recyclage.