Marignane

Centre historique

Le projet d’aménagement et de requalification du centre historique de Marignane s’inscrit dans un programme complet de redynamisation et de réappropriation du cœur de ville et son PNRCAD. Il s’inscrit dans la continuité du travail réalisé sur le Cours Mirabeau et une partie de l’avenue Jean Jaurès. Ces aménagements s'inscrivent dans un vaste projet de rénovation urbaine et architecturale des bâtiments (hors mission)

Le projet comprend : -l’avenue Jean Jaurès intégrant la place de la République et la place de l’Eglise -l’aménagement des espaces libérés par la démolition d’un ilot insalubre entre la rue Esmieu et l’avenue Jean Jaurès -le cœur médiéval comprenant un réseau de ruelles, la place de la Cité, la place de l’Olivier et la place de l’Étoile En cohérence avec le Cours Mirabeau, le principe est de travailler avec 2 matériaux : la pierre calcaire et le porphyre. L’idée retenue est de différencier l’époque médiévale (teinte sombre du porphyre) de celle du développement «hors les murs» de la ville (faubourgs en teinte claire calcaire). Trois places proposent des respirations dans le tissu dense du cœur médiéval. Leur traitement différencié recherche des ambiances variées : -mise en scène du patrimoine sur la place de la Cité -salon urbain préservant l’intimité sur la place de l’étoile -animation et accompagnement de la transformation spatiale place de l’Olivier en lien avec la construction de la maison des arts La requalification de la place de la Cité vise à valoriser la façade du château et signifier l’entrée future à la Mairie via la grande porte existante qui mène dans la cour du château. La place est entièrement libérée du stationnement et occupations diverses pour ouvrir le plus largement possible la vue sur l’unique exemple de palais Italien en Provence. Avec ses façades striées de refends, ses fenêtres surmontées de frontons alternés, il fait exister par sa seule présence la place de la Cité. Le Château est ainsi classé Monument Historique dans sa totalité depuis 1999. Un jeu de calepinage et de matériau propose de signifier l’entrée du château et son rayonnement à travers un semis de pavés clairs qui se diffuse progressivement dans le reste du cœur historique traité en pavés porphyre. Ce dessin est appuyé par un ensemble de pavés lumineux rayonnants. L’avenue Jean Jaurès à l’Ouest ceinture le cœur historique et constitue la traversée Nord-Sud du centre-ville et fait le trait d’union entre des places et configurations variées. Il a ainsi été recherché : -Un vocabulaire et une structuration pour rendre cohérent et unitaire le linéaire –Une évocation des douves présentes à l’époque médiévale à travers l’aménagement d’un large fil d’eau le long de la voie –La définition de séquences pour s’adapter aux contextes traversés : emprises, commerces, usages -Des identités affirmées propres aux places, en rappelant notamment sur la place de l’Église les traces de la chapelle des Pénitents tronquées lors de la création d’un nouvel accès au cœur historique. L’emprise d’un ilot démoli est mise à profit pour créer une promenade «haute» à niveau avec la rue Esmieu, à l’écart de l’animation de la rue Jean Jaurès. Un jardin de curé est aménagé au droit du presbytère avec un travail de percement dans le mur d’enceinte pour donner à voir les fascines plantées de plantes aromatiques, médicinales, florales, potagères…