Ecole

L’Ensap Lille : une école des transformations

Depuis 2005, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lille est une des deux ENSAP qui dispense une formation au paysage. Nous considérons à Lille que ces deux formations constituent une formidable opportunité pour essayer de penser ensemble les deux disciplines, dans leurs différences bien sûr, mais aussi pour ce qu’elles peuvent partager, générer comme croisements.

En 2014, nous avons créé un cycle préparatoire (CPEP) de deux ans avant les trois années de DEP : cinq années sont nécessaires pour former au paysage. Nous sommes même allés plus loin en concevant une première année commune où les étudiants découvrent le projet. Durant cette année, ils s’acculturent réciproquement aux deux disciplines pour ensuite apprendre à travailler ensemble. Au travers des quatre domaines d’étude et de recherche (Patrimoine, Territoire, Conception et Matérialités), l’école propose chaque année de nouveaux objets et terrains d’étude variés aux étudiants de master. Nous sommes attachés à Lille au format des ateliers publics. Les étudiants s’y plongent dans une problématique paysagère et territoriale réelle : en 2019 sur l’estuaire de la Canche ou en 2020, malgré les conditions sanitaires, les étudiants se sont projetés en marge d’une friche ferroviaire à Roubaix.
L’école dans cette pluralité se forge progressivement une identité remarquable : il n’y a plus de projet, d’architecture ou de paysage, sans engagement dans un processus de transformation, sans une attention particulière à l’existant. C’est sans doute là une belle leçon qu’offre en retour le paysage à l’architecture. Le prototype de réhabilitation énergétique conçu par l’ENSAPL pour le Solar Decathlon 2019 participe peut-être aussi de ce mouvement qui touche massivement l’architecture et l’urbanisme contemporains.

Une école nationale supérieure se doit également de développer la recherche pour orienter ses formations initiales. Lauréat d’un appel du Ministère de l’écologie, la recherche Saltus expérimentera des plans de gestion multifonctionnels sur les bords des grandes infrastructures régionales. L’Ensapl porte aussi une des cinq chaires partenariales labellisées et conventionnées par le Ministère de la Culture en 2020 : Acclimater les territoires post-miniers. Le bassin minier, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, constitue un territoire où le paysage pourra offrir un levier de transformation stimulant.

Enfin, l’école a ouvert avec l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Lille un parcours de master en urbanisme dénommé COMUA (Conception et maîtrise d’ouvrage urbaine alternatives). Ce parcours est destiné aux étudiants issus des formations en architecture ou en paysage.

François Andrieux, directeur de l’Ensapl


Toute l’actualité de l’ENSAP Lille : ICI