Disparition

Nous avons la grande tristesse de vous faire part du décès de notre confrère Alain Cousseran survenu le 30 septembre.

Membre fondateur de la FFP, puis secrétaire général en 1985, il est secrétaire général du Comité d’organisation du congrès IFLA de 1987 à Paris. Il devient vice-président du bureau de la Fédération de 2013 à 2018 et s’implique notamment dans l’amélioration de la pratique professionnelle et le processus de reconnaissance législative du titre de paysagiste concepteur.

Toujours prêt à œuvrer à une meilleure structuration de sa profession et à représenter la FFP dans toutes les circonstances, sa générosité se manifeste particulièrement dans l’accueil sans faille de nos réunions et festivités dans les locaux de son agence boulevard de Strasbourg à Paris.

Nous regrettons profondément la perte d’un confrère particulièrement généreux, qui a inscrit son action au sein de la fédération dans la continuité et la fidélité. Il a su développer sa pratique professionnelle sur le territoire français ainsi qu‘à l‘international, au travers de l‘agence Signes, dont il est fondateur avec Allain Provost.

Une cérémonie d’hommage aura lieu mardi 19 octobre de 18h30 à 20h dans le jardin du musée de la vie romantique (Hôtel Scheffer-Renan, 16 rue Chaptal, 75009 Paris). L’espace étant limité en nombre de personnes , veuillez faire part de votre présence à la cérémonie à Bérangère Sabatier hommage19octobre@gmail.com

Courte biographie :

Diplômé de l’Ecole Nationale des Ingénieurs des Techniques du Paysage (Agrocampus, Angers) en 1977, Alain Cousseran obtient en 1996 un Master en Histoire de l’Art des Jardins à l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage (Versailles).

Son inspiration vient du style et de la philosophie des jardins à la française, qu’il traduit par des conceptions de territoires naturels ou urbains. De la conception à la mise en œuvre, Alain a pratiqué l’aménagement paysager pendant plus de 35 ans dans les secteurs privé et public. Il possède une expérience internationale significative, ayant travaillé pendant 25 ans aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Chine et en Inde. Il possède également une expérience en outre-mer où il a réalisé de nombreux projets dans le Pacifique, l’Océan Indien et les Caraïbes. Cette expérience lui a donné la capacité d’adapter ses compétences en design à différents contextes culturels et économiques pour un large éventail de clients.

Son expérience en conception de jardins à la française et en conception de villes lui a donné un sens aigu de la fluidité et du bon fonctionnement d’un site qu’il a mis à profit pour remporter de nombreux projets d’infrastructures. Alain a travaillé ainsi à toutes les échelles du projet, des jardins institutionnels, des parcs communautaires et de la conception urbaine aux projets de planification d’infrastructures vertes à grande échelle.

Alain était régulièrement invité à participer à des conférences et à en donner, en Chine, en Europe et aux USA. En particulier, il s’exprime avec compétence et passion sur la gestion des infrastructures vertes, l’histoire des jardins et l’intégration des transports publics dans les villes.

Après une activité libérale, Alain Cousseran fonde en 1990 avec Allain Provost l’agence Signes. Les deux paysagistes ont été formés par l’école française du paysage, dont les fondements académiques trouvent leurs sources dans l’héritage laissé par leurs illustres prédécesseurs comme Le Nôtre, Forestier ou Edouard André, dont les tracés marquent encore le paysage français.

Ensemble, ils gagnent de nombreux concours tant sur le territoire national qu’à l’étranger ou en outre-mer. À Londres, leur composition rigoureuse l’emporte sur un panel de paysagistes anglo-saxons et ils deviennent les premiers paysagistes français à gagner un concours outre-Manche, depuis le début du 20ème siècle.

Ils font partie des pionniers parmi les paysagistes français à s’intéresser à la ville, non pas sur le plan de son organisation fonctionnelle, mais sur celui de l’équilibre et de l’harmonie entre le construit et les espaces publics.

En 2000, près le départ d’Allain Provost, Alain prend seul la direction du Groupe Signes et en devient le président. Il gagne le concours des aménagements urbains du Tramway de Bordeaux et participe à la transformation de la ville, en montrant l’intérêt de l’amélioration des espaces publics pour la transformation sociale et économique d’une ville. L’activité de Signes se concentrera sur la conception et l’aménagement des espaces publics, dans une optique de meilleur confort urbain et de partage de l’espace public pour tous les utilisateurs (véhicules, piétons, cycles, etc.).

Signes est reconnu comme expert dans le domaine du paysage du transport et participe aux grands projets de lignes ferroviaires (LGV SEA), d’autoroutes (Route des Tamarins, Autoroute A20 Brive-Montauban, tracé océanique de la Nouvelle Route du Littoral sur l’île de la Réunion).

En 2011, Alain Cousseran et Sibila Jaksic créent une nouvelle filiale : Signes Architecture, afin de développer une branche d’architecture dans le tourisme et les loisirs. Signes Architecture réalisera ainsi le Parc de Loisirs de Sindibad, au Maroc.

Signes Architecture participe à des concours internationaux dans le Sichuan (Vallée de Longji, CBD de Dujiangyan, Rivière Qin) et à des projets environnementaux en Inde pour le compte de la Banque Mondiale et de l’AFD.

À partir de 2015, Alain avec Signes évolue dans le sens d’une nouvelle conscience écologique et de développement durable, privilégiant aujourd’hui le concept des infrastructures vertes comme outil du renouveau de la ville et des territoires.

Cette évolution de la pratique du paysage et de l’urbanisme se matérialise par une prise en compte d’une gestion raisonnée de la ressource en eau, la renaturation des villes par des requalifications vertes pour lutter contre le changement climatique, l’instauration d’une réelle biodiversité et des mesures d’économie de moyens et d’énergie, pour réduire la fracture entre les villes et leur cadre environnemental. Alain avec Signes participe ainsi à la revitalisation des rivières traversant de grandes villes, que le développement urbain a abandonnées en les transformant en exutoires pour les pollutions ou les eaux usées. Par exemple la renaturation de l’Yerres dans le cadre du Grand Paris, la revitalisation de la Rivière Nag à Nagpur (Inde) et la restauration des zones humides de Colombo (Sri Lanka).“

Henri Bava, Ariane Delilez


Pour toute correspondance, écrire à Laura, fille d’Alain :
Laura Cousseran, 21 rue des Boulangers, 75005 Paris