Ecole

AgroCampus Ouest, les effets du confinement sur les stages en paysage

L’Institut Agro qui regroupe actuellement deux écoles internes (AGROCAMPUS OUEST et Montpellier Sup Agro) a été créé au 1er janvier 2020.  AGROCAMPUS OUEST, qui est en cours d’évaluation HCERES et CTI, mène une réflexion sur le développement d’une approche compétences dès la première année (en particulier sur le site angevin). Ces éléments de réflexion n’étant pas encore complètement stabilisés, nous avons fait le choix pour cette newsletter de rendre compte de l’actualité du moment : les effets spécifiques du confinement sur les stages en paysage, un point d’étape sur les atouts et freins au  développement de l’apprentissage, les liens en cours de renforcement avec les lycées agricoles.

Les stages en paysage à l’heure du confinement : des aménagements peu évidents mais rendus possibles grâce à la coopération avec les professionnels

Au cours de chacune des cinq années du cursus Ingénieur Institut Agro_ AGROCAMPUS OUEST spécialité Paysage, les étudiants ont l’opportunité de réaliser un stage. Les premiers stages (L1, L2) sont d’une durée de 9 semaines et ont pour objectif de découvrir le monde de l’entreprise, en France et à l’étranger. Les stages suivants (L3, M1) permettent de viser des objectifs plus complexes. D’une durée de 12 semaines, en France ou à l’étranger, ils représentent une première initiation  à la démarche scientifique tout en s’inscrivant dans les réalités professionnelles des filières. Le stage de fin d’étude (M2) de 6 mois, véritable mise en situation dans un environnement professionnel complexe, viendra parachever la formation. Un étudiant peut donc réaliser 16 mois de stages au cours de sa formation.

Au printemps dernier, la crise sanitaire et le confinement ont grandement impacté le bon déroulement des stages. Ceux qui devaient se dérouler à l’étranger ont été annulés, nombre de ceux qui se déroulaient en France ont dû être aménagés ou interrompus. Afin qu’aucun étudiant ne soit lésé, nous avons sollicité rapidement nos partenaires du domaine du Paysage que nous tenons à remercier chaleureusement pour leur réactivité, leur adaptabilité, leur souplesse et leur ouverture dans un contexte où leurs activités ont-elles-mêmes été fortement impactées.

A l’heure du reconfinement, une activité professionnelle est toujours possible et nous nous en réjouissons. Suivant actuellement les enseignements à distance, les étudiants sont désireux de mettre leurs connaissances et compétences en pratique, sur le terrain, auprès des établissements qui seront demain leurs futurs employeurs. En encourageant les stages en France, en levant l’obligation de mobilité internationale pour les M1/M2, en acceptant les contrats de travail, nous aménageons donc les stages de manière à permettre à nos étudiants de prêter main forte aux professionnels de nos filières, tout en acquérant de l’expérience et des compétences. Un bel exemple de partenariat gagnant-gagnant.

Pour déposer une offre de stage : https://www.agrocampus-ouest.fr/entreprises/recruter-ses-collaborateurs/diffuser-une-offre

L’apprentissage : un développement récent, un engouement certain, mais en difficulté actuellement dans le secteur public suite à la réforme LCAP

En 2020, AGROCAMPUS OUEST fêtait les 10ans de sa formation d’ingénieurs en Paysage par la voie de l’apprentissage. A ce jour, AGROCAMPUS OUEST forme chaque année une trentaine d’apprentis ingénieurs en Paysage, en formation par alternance au sein de structures variées (collectivités territoriales, entreprises de paysage, bureaux d’études, parcs nationaux, CAUE …). La formation a aujourd’hui atteint son rythme de croisière, en grande partie grâce à l’investissement de ses partenaires professionnels, de plus en plus nombreux à nous faire confiance dans la formation de leurs futurs cadres opérationnels. Aujourd’hui les offres d’alternance qui nous parviennent nous permettent de proposer à chaque apprenti en recherche d’un contrat d’apprentissage (une dizaine en moyenne chaque année) de rejoindre une structure d’accueil adaptée à son profil. Le démarchage individuel, long et fastidieux, n’est ainsi plus une généralité.

Courant 2018, le gouvernement présentait la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel (Loi LCAP). Cette loi, pour laquelle des décrets d’application sont encore attendus, a réformé profondément les dispositifs de l’alternance, ainsi que les règles financières. AGROCAMPUS OUEST, via son CFA partenaire le CFAA49 Edgard PISANI, réaffirme plus que jamais sa volonté de former les ingénieurs paysagistes de demain, en partenariat avec les opérateurs de compétences des branches professionnelles du Paysage (OCAPIAT, ATLAS, …).

Si le secteur privé retrouve bien ses marques dans ce nouveau dispositif, l’un des grands perdants est le secteur public. En effet, les collectivités (qui représentent certaines années jusqu’à 50% des effectifs de nos apprentis en paysage) se voient à présent dans l’obligation de prendre à leur charge 50% du coût contrat (les 50% restants étant pris en charge par le CNFPT). Pour le secteur public d’Etat (Parcs nationaux par exemple), la prise en charge du coût contrat revient à 100% à l’organisme public. Les effets sur la capacité d’embauche de nouveaux apprentis dans ce secteur, restent donc à mesurer dans les années à venir. Cependant face à ce constat d’un ralentissement probable des signatures de contrats d’alternance dans le secteur public, nous saluons l’initiative récente de l’Etat, qui propose pour les contrats signés à l’automne 2020 (pour le privé comme pour le public), une prime à l’embauche d’apprentis de 8 000€. A ce jour les effets très positifs sur les embauches sont notables et significatifs. Espérons que ce dispositif pourra être poursuivi dans les années à venir.

Vous avez formé un.e jeune en BTS ou en Licence pro au sein de votre structure ? Vous avez parmi vos employé.e.s un.e jeune prometteur que vous souhaitez voir monter en compétences ? Vous souhaitez déposer une offre de contrat d’apprentissage ? N’hésitez pas à contacter nos équipes : a.apprentissage@agrocampus-ouest.fr

Vers des liens renforcés enseignement supérieur et techniques agricoles : de nouvelles passerelles pour des profils variés d’ingénieurs au service des métiers du paysage 

Répondant à l’appel à projets du ministère de l’agriculture « Devenir Ingénieur, vétérinaire ou enseignant avec un BTSA », AGROCAMPUS OUEST s’est engagé dans cette démarche à la rentrée 2020 pour une durée de trois ans, en partenariat avec les réseaux des lycées agricoles publics de Bretagne et des Pays-de-la-Loire, pour susciter l’ambition des jeunes vers une poursuite d’études dans l’enseignement supérieur, promouvoir leur orientation, et renforcer les liens entre l’enseignement technique agricole et l’enseignement supérieur, de telle sorte qu’une culture scientifique soit donnée aux techniciens.

Quinze lycées agricoles des Pays-de-Loire, supports de classes de BTSA mobilisent leurs équipes, pour renforcer l’attractivité de leurs formations techniques dès l’entrée en classe de seconde, grâce à la perspective de parcours longs et d’une insertion professionnelle plus large.

Le caractère innovant de ce projet réside dans sa capacité à aller bien au-delà de la présentation des poursuite d‘études post BTSA, vers les cursus ingénieurs, en affichant la volonté de créer de véritables espaces pédagogiques de rencontres et de réalisations d’actions qui engagent les différents acteurs (élèves, étudiants, enseignants, personnels de direction …) pour faire vivre des expériences singulières et engendrer une transformation des regards des uns et des autres.

C’est également une façon de se placer résolument dans une démarche d’expérimentation en commun, et de produire des connaissances sur ce qui favorise et/ou freine l’accès à la réussite des BTSA à devenir ingénieur, et de faire le choix d’une démarche pragmatique, dans laquelle les expériences qui seront menées seront autant de moyens pour faire évoluer le dispositif afin de répondre aux besoins concrets des protagonistes au service de la réussite des élèves de BTSA.

S’emparer de cet appel à projets est non seulement la possibilité de répondre à une sollicitation institutionnelle, mais s’avère surtout une opportunité pour formaliser les partenariats qui existent déjà entre l’enseignement technique et l’enseignement supérieur.

Elèves de BTSA et ingénieurs ont la possibilité de faire valoir un partage de connaissances, compétences, et de savoir-être : la complémentarité des approches est fondamentale, qu’il s’agisse de développer l’ambition des élèves de BTSA ou de favoriser l’insertion professionnelle des futurs ingénieurs, notamment des entreprises du paysage en recherche de profils variés et d’une attractivité renouvelée des métiers. La filière du paysage a besoin d’une diversité de profils pour assurer son avenir et la FFP pourrait garantir la représentativité de cette diversité en mettant en place des collèges en son sein pour exprimer cette richesse.

Toute l’actualité d’AgroCampus Ouest : ICI