vous êtes ici : Profession paysagiste concepteur (Définition)

Profession paysagiste concepteur

paysagiste concepteur

Code de déontologie

Vous trouverez ci-dessous un lien qui vous permettra de télécharger le code de déontologie de la profession au format PDF.
télécharger

Le paysagiste concepteur est le maître d'œuvre des projets et des études d'aménagement de l'espace extérieur, depuis le jardin jusqu'au territoire.
(Le terme de Paysagiste concepteur est utilisé ici à défaut d’une reconnaissance en France du titre d’architecte-paysagiste, reconnu dans tous les autres pays francophones et par les organisations internationales. Depuis 1965, «architecte paysagiste» est inscrit au registre des professions reconnues par le Bureau International du Travail dans la version française [Landscape architect en anglais]).
Complémentaire et partenaire des autres métiers de la conception et de la maîtrise d'œuvre - écologue, ingénieur, architecte, urbaniste - partageant des savoir-faire avec l'un ou l'autre, le paysagiste concepteur ne se confond pour autant avec aucun de ces métiers.

Son savoir-faire n'est pas seulement technique, puisqu'il sait intégrer la dimension subjective, culturelle et sociale du paysage, et mettre en oeuvre sa propre créativité ; ni seulement architectural, puisqu'il connaît le végétal, le sol, l'eau, et aussi la complexité, l'évolution et l'incertitude d'un milieu vivant.

Entre environnement et architecture

La profession de paysagiste concepteur se situe à la charnière des préoccupations d'aménagement de l'espace entre environnement et architecture. Complémentaire et partenaire de l'écologue et de l'architecte, partageant des savoir-faire avec l'un ou l'autre, le paysagiste concepteur ne se confond pour autant ni avec l'un ni avec l'autre.

Sa spécificité vis-à-vis de l'environnement se situe dans son aptitude à intégrer la dimension subjective, culturelle et sociale du paysage, et à mettre en œuvre sa propre créativité. Le paysagiste concepteur doit accroître l'équilibre et la diversité de l'environnement, mais, pour ce qui le concerne, à travers une démarche de création. C'est ainsi qu'il contribue au développement durable.

Sa spécificité vis-à-vis de l'architecture se situe dans son aptitude à intégrer non seulement le végétal, mais plus généralement la complexité, l'évolution et l'incertitude d'un milieu vivant, du jardin au territoire, de la ville à la campagne. L'urbaniste en serait plus proche, mais une culture qui prend son origine entre la ville et la campagne, rend le paysagiste concepteur le plus apte à faire du site le guide du projet, à privilégier les relations sur les objets, à traiter les articulations, et aussi à reconquérir les espaces déstructurés.

L'architecte travaille sur un projet défini, le paysagiste concepteur, comme l'écologue, gère un processus qui n'est que partiellement déterminé. L'écologue est un ingénieur, le paysagiste concepteur, comme l'architecte, est un créateur.

La dimension temps

La gestion du paysage n'est pas le fait du hasard : au-delà et autour de la pratique agricole les paysagistes concepteurs analysent et gèrent les mutations, opèrent les transferts de repères. Les atouts de la profession vis-à-vis de l'aménagement de l'espace en sont :

  • La prise en compte de l'histoire, de la culture, de l'économie, du social
  • La réflexion sur les enjeux de l'évolution prévisible
  • La performance à établir un projet global
  • L'aptitude au diagnostic et au conseil
  • Une profession fondée sur la coordination, l'ouverture, la préconisation, base du développement économique de la sphère paysagère.

La gestion globale et continue

Le paysage est soumis à toutes les menaces :

  • L'anarchie des entrées de ville par exemple
  • Les problèmes autour des friches industrielles
  • Les problèmes de désintégration urbaine et de mitage.

Il faut une profession émergente structurée capable d'organiser l'espace par une réflexion globale et continue. C'est la compétence du paysagiste concepteur.