vous êtes ici : Actualités > articles

Articles

29/10/2009Comment se porte le secteur du paysage ?

De 2006 à 2008, l'activité création de jardins et d'espaces verts a enregistré 2,7 milliards d'euros, soit 58% du chiffre d'affaires total. En 2 ans, le nombre total d'entreprises du paysage a également progressé de 20 %. Il s'établit désormais à 20.100 entreprises. L'emploi est aussi en hausse de 10% sur la même période, avec 80.000 actifs recensés 85 % d'entre eux sont en CDI et près de la moitié travaillent dans des PME.

Les entreprises préparent le rebond pour les six prochains mois

Mais si la conjoncture s'est avérée ''plus difficile en 2008'', avec 2.400 créations d'emploi nettes, la crise n'épargnera pas l'activité du paysage en 2009. Ainsi, au cours des 1er et 2ème trimestres 2009, le chiffre d'affaires global du secteur a baissé respectivement de -2,5 % et -3 %, par rapport aux mêmes périodes en 2008. Ce fléchissement de l'activité touche aussi bien la création que l'entretien de jardins et espaces verts.'' L'activité ''création'' souffre toutefois d'un ralentissement plus sévère (-3,5 %), lié à l'attentisme des maîtres d'ouvrage concernant certains projets d'aménagement'', précise l'UNEP. Les ménages ont par ailleurs diminué leurs dépenses de 2,5 % tandis que les entreprises réduisaient leurs investissements (-3,5 %).

Toutefois, le secteur du paysage reste confiant avec 1.500 nouveaux postes créés au cours des 6 premiers mois de l'année 2009. De même que les entreprises du paysage continuent d'investir : début 2009, une entreprise sur deux a ainsi procédé à des investissements, que ce soit dans la modernisation de ses matériels et l'outillage, dans l'acquisition de véhicules ou encore dans l'immobilier d'entreprise, souligne l'UNEP. ''Les plus petites entités anticipent une embellie du côté de la demande des particuliers, tandis que les plus grandes structures attendent un redémarrage des marchés publics'', indique Marc Loiseleur.

56 % des professionnels du secteur se disent ''optimistes'' en ce qui concerne leur niveau d'activité sur les six prochains mois.

retour