vous êtes ici : Actualités > articles

Articles

22/03/2018Sac à dos Paysages du parc des Calanques

LE SAC A DOC PAYSAGES DES CALANQUES 

Le projet 

Le Sac à Dos Paysage est un dispositif  de médiation paysagère co-construit par les paysagistes concepteurs de Piano Paysage (Gwenaëlle CHARRIER & Pierre DAVID) et l’Atelier Bleu (CPIE Côte Provençale) pour le compte du Parc National des Calanques. C’est un sac à dos qui contient le matériel nécessaire à l’animation de trois promenades, sur des itinéraires différents, ponctuées par des animations et des activités (10 ateliers thématiques) autour de la découverte des paysages. 

Il est actuellement en phase de test par le Parc National des Calanques et l’Atelier Bleu auprès de publics réels. Courant 2018, le Sac à Dos Paysages des Calanques fonctionnera par le biais du Parc National des Calanques et ses partenaires qui le mettront à disposition de groupes divers (scolaires, associations, centres sociaux, centres aérés, etc). 

IMAGE 01
L’objectif est de faire comprendre et de partager les paysages du Parc National des Calanques, de découvrir ses lieux parfois mal connus et ses dynamiques paysagères. En effet, au-delà d’une carte postale littorale idyllique reconnue par les touristes et les riverains, l’objectif est de sensibiliser les jeunes habitants à leur environnement, leur cadre de vie et leur contexte géo-écologique. Grâce à ces outils, un débat ouvert sur nos paysages s’ouvre. 

IMAGE 02
La plus-value du paysagiste concepteur au sein de la démarche de médiation en environnement. »
(extraits de notre communication au colloque « Débattre du paysage ») 

« Notre communication était un témoignage de professionnels du paysage, une mise en partage et en débat de notre métier. L’éducation à l’environnement existe depuis longtemps, et la didactique du paysage reste encore à inventer, comme le montre le « foisonnement des procédés de médiation paysagère». Notre intervention proposait de démontrer et de qualifier la plus-value du Paysagiste au sein de la démarche de médiation en environnement. » 

IMAGE 03
Nous avons détaillé la démarche de création de quelques-uns des Ateliers qui composent le SDP :

- Le « Théâtre de Paysage » permet de comprendre le jeu d’acteurs et les dynamiques des paysage de manière claire et ludique. Nous l’avons mis au point lors de l’exercice de diagnostic territorial du Canton, en Master 1 à l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage Versailles – Marseille.

Il s’agissait de restituer une analyse territoriale du Canton de Samer, dans le Pas-de-Calais. Lors de la découverte du territoire, un paysage nous avait particulièrement attiré : le Massif dunaire du Mont Saint-Frieux. Entre le trait de côte et les pentes couvertes de forêts denses de chênes et de plantations de pins, tous les gradients écologiques se répartissent et créent une mosaïque complexe et dynamique, qui se forme et de déforme aux gré des perturbations naturelles et humaines.

Le besoin d’expliquer ces paysages complexes et dynamiques et le jeu d’acteurs qui les animent nous a amené à créer un médium que nous avons appelé le « Jeu de Paysages ». Il se compose d’une grande carte des paysages dessinée à la main qui sert de plateau de jeu et de support de présentation que nous animons à l’aide de pions sculptés en bois qui symbolisent les acteurs du territoire (humains, animaux, institutions, etc) et de palets qui représentent les dynamiques paysagères.

- La « Carte Postale Paysagère » permet de représenter le paysage par le dessin rapide. C’est une idée inspirée par notre travail de diplôme dans la Plaine du Caramy pour le compte du Département du Var. Ces dessins sont des instantanés, des captures de l’esprit du lieu à un moment précis, dessinés très rapidement par la main qui n’a pas le temps de penser. » 

IMAGE 04 
« De la démarche de projet de paysage aux ateliers du Sac à Dos Paysages :

Cette didactique in situ, interactive et vivante est rendue possible à travers les outils du projet de paysage. Les participants sont plongés dans un « état d’effervescence » similaire à celui décrit par Corajoud dans sa « Lettre aux étudiants en paysage», entre expérience sensible, compréhension des dynamiques du paysage et mise en projet intuitive. (Extrait : « (…) vous devez combler, dans un temps court, un déficit énorme de connaissances et mille questions doivent être posées : Que s’est-il tramé, que se trame-t-il sur ce lieu ? Que veut-on faire de lui ? Et qui le veut ? Quelle fut son apogée, à quand remonte son déclin (…) ? ») 

Tout au long de la démarche de conception du Sac à Dos Paysages des Calanques, nous souhaitions transmettre à la fois un savoir et une manière de voir le paysage en impliquant fortement l’interlocuteur. Comme le montrent les deux exemples précédents, pour concevoir les ateliers, nous avons puisé dans notre manière personnelle d’aborder les paysages lors de la démarche de Projet, cette posture attentive, sensible et créatrice apprise à l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage Versailles - Marseille.  

Par exemple, l’intuition de la pertinence du Jeu de Paysages a été confirmée lors d’un voyage d’étude à Valencia en Espagne. Lors de ce voyage, Etienne BALLAND (sociologue et professeur à l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage) nous avait présenté l’Histoire de la ville et les séries de transformations qui ont amené à l’état actuel des paysages par une mise en scène où nous jouions nous-même les différents éléments : les colons romains, le fleuve Turia, les canaux d’irrigation, le Tribunal des Eaux, les industries portuaires, les agriculteurs de la Huerta, etc. Cette manière de percevoir le paysage à travers son jeu d’acteurs est restée un acquis important de notre passage à l’ENSP. 

Lors de notre enseignement sur les sites de Versailles et de Marseille de l’ENSP, nous avons eu la chance de bénéficier des enseignements de nombreux paysagistes  (Gilles VEXLARD, Jean-Pierre CLARAC, Charles DARD, Alain FREYTET, Guerric PERE, Gabriel CHAUVEL, Nicolas GILSOUL, Miguel GEORGIEFF, Marion TALAGRAND, Mathieu GONTIER, etc). Tous nous ont appris que le dessin à la main est un outil capital pour saisir l’esprit du lieu, les dimensions et échelles de chaque site. Le travail de tri et de synthèse des informations que formalise de manière quasi-inconsciente le triptyque œil-cerveau-main aboutit à une réflexion, une question qui se pose sur le site, une idée de Projet. De plus, le croquis est une image aisément partageable au plus grand nombre : l’interlocuteur, le maire, le technicien, l’habitant, le client, le camarade. L’atelier « Carte Postale Paysagère » s’inspire directement de cette idée : le dessin capital pour capturer mentalement les paysages et se les approprier. » 

« Avec le recul, notre travail de co-construction des ateliers du Sac à Dos Paysages a été la transposition de nos outils du projet de paysage (que nous manipulons au quotidien) en des propositions d’animations pédagogiques destinées à un jeune public. » 

IMAGE 05 
Actualité et développement 

Le Sac à Dos Paysages des Calanques est actuellement phase d’expérimentation et de validation. Les premières sorties-test montrent l’implication des participants et l’émergence de débats fertiles. Dans un cadre scolaire, associatif ou même universitaire, les jeunes habitants de la métropole marseillaise viennent découvrir et poser un regard nouveau sur des paysages.

Une piste intéressante de développement pour l’outil serait une formation à la médiation paysagère pour les Gardes-moniteurs du Parc chargés de sensibiliser et surveiller (avec actuellement deux outils à leur disposition : la sensibilisation à la protection de l’environnement et la verbalisation en cas de non respect du règlement du Parc National).  

IMAGE 06
Un outil de concertation citoyenne pour l’émergence d’une culture paysagère commune 

Le Sac à Dos Paysages des Calanques est un levier potentiel d’émergence d’un dialogue citoyen. Son animation dans le cadre de démarches de concertation entre habitants, usagers, aménageurs et gestionnaires sur le territoire du Parc National des Calanques permettrait la mise en débat des paysages : une passerelle entre l’expertise citoyenne et les cultures professionnelles. Dans ce sens, le Sac à Dos Paysages des Calanques est à disposition de chacun, au Parc National des Calanques et à l’Atelier Bleu, qui ne manquent pas de s’en servir lors d’événements et de réunions publiques. 

Le Sac à Dos Paysages des Calanques est une expérience innovante en matière de médiation paysagère, d’apprentissage de Projet et de concertation. Sa conception met en évidence la plus-value du croisement opéré par le Paysagiste entre sa démarche de Projet de paysage et la médiation à l’environnement, au service d’une transmission active des savoirs sur nos Paysages. 

IMAGE 07
Un retour sur expérience 

Il nous semble aujourd'hui important de partager cette expérience au sein du réseau de la Fédération Française du Paysage. En effet, ce travail de conception d’outils pédagogiques et de médiation paysagère a été pour nous une véritable mission, comparable à une mission de maîtrise d’oeuvre ou d’étude d’un territoire. Nous sommes persuadés que si notre métier est de contribuer à l’amélioration du cadre de vie et des paysages, il est aussi de participer activement à la diffusion de la notion de paysage dans la société. Dans le contexte actuel de la commande publique, il nous semble important de ré-affirmer que notre métier est ouvert à de multiples formes d’expression. 

Dans le contexte de cette commande d’un Parc National, extrêmement marqué par les dimensions naturalistes et environnementales, nous avons pu constater la véritable plus-value de notre démarche de paysagistes concepteurs, et un enrichissement du débat avec l’arrivée des notions de regard, d’horizon, d’émotion et de dynamiques. Dans les politiques d’éducation à l’environnement portées par le Parc National des Calanques et le CPIE Côte Provençale, Sac à Dos Paysages des Calanques complète très justement les entrées par les notions « biodiversité », de « milieux » ou « d’écosystèmes ».  

Pour conclure, il nous semble également capital de diffuser dans le monde universitaire des colloques et des séminaires une présence professionnelle forte, marquée par le terrain et l’opérationnalité. En effet, les sciences fondamentales sont indispensables à l’avancée de nos connaissances, mais elles doivent progresser de concert avec les pratiques professionnelles, et des croisements fertiles sont à envisager dans les deux sens (des praticiens du paysage vers les scientifiques, et des chercheurs vers les paysagistes concepteurs). 

Avril 2018

Piano Paysage, paysagistes
Site internet : www.pianopaysage.com
Contact mail : pianopaysage@gmail.com  

_________________________________________________________________

Lire la suite.....

retour