vous êtes ici : Actualités > archives

Archives

personnalisez l'affichage de l'agenda

Rubriques

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Portée

  •  
  •  
  •  
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  

25/09/2010Quinzaine cin'espaces : Paysage & Cinéma japonais

Paysage & Cinéma japonais

Soirée d'ouverture à la Quinzaine cin'espaces le 25 septembre à 19h00 au cinéma Méliès

"Paysage & Cinéma japonais" avec Cyrille Marlin, architecte paysagiste et la communauté japonaise paloise

- Thé de bienvenue
- Vernissage de l'exposition "Paysage de l'ordinaire au Japon"
- Témoignage "Un paysagiste à Tokyo"
- Présentation et projection du film Bonjour de Yasujiro Ozu

Réservation indispensable avant le 20/09/2010 (dans la limite des places disponibles)
Tél. : 05 59 27 60 52 - E-mail : gwendoline.melies@orange.fr

L'acception japonaise du « paysage », que nous avons voulu illustrer ici par un choix cinéphile rigoureux, étend la notion jusqu'au décor de la vie quotidienne, en lui conférant une fonction imaginaire qui dépasse de très loin le plaisir scopique auquel le relègue le cinéma occidental. Presque toujours, la caméra japonaise se place au lieu précis d'où on assiste à l'ineffable : elle exprime dans l'espace l'âme des personnages ; le temps lui-même est souvent symbolisé par un paysage. Et très souvent, dans le cinéma nippon, se manifestent des disparitions, qui sont autant de faux-semblants : dans Contes de la lune vague après la pluie, la créature fascinante dont s'est épris le héros était un fantôme ; le samouraï de Sanjuro disparaît sans laisser de traces ; le mari de Maborosi devient une ombre sur la mer ; le vieil homme et la jeune infirmière de la Forêt de Mogari vont confronter leurs deuils respectifs dans la forêt à laquelle nous renvoie le titre... À vos rêves ! Emmanuel Leclercq Directeur du Méliès La notion de paysage, qui existe déjà dans la Chine et le Japon des premiers siècles, n'apparaît chez nous qu'au 16ème siècle, et en lien exclusif avec la peinture : de Giotto à Cézanne, le paysage y aura toute sa place, avant d'être pratiquement abandonné. De manière générale, notre regard et notre rapport au paysage sont programmés au travers d'une sédimentation de références picturales et littéraires. Qu'en est-il ailleurs ? Comment dans une partie de l'autre civilisation paysagère, en l'occurrence le Japon, s'est construite la notion de paysage ? Sont-ce les mêmes ressorts qui ont servi l'émergence du concept ? Existe-t-il des points communs avec notre construction occidentale ? Pour tenter une approche, le C.A.U.E. 64 et Le Méliès de Pau initient ici la « Quinzaine cin'espaces », dont cette première édition sera articulée autour du paysage dans le cinéma japonais, par des films, des conférences, et bien d'autres événements que nous vous laissons découvrir au fil des pages. Patrick Fifre Directeur du C.A.U.E. 64

L'acception japonaise du « paysage », que nous avons voulu illustrer ici par un choix cinéphile rigoureux, étend la notion jusqu'au décor de la vie quotidienne, en lui conférant une fonction imaginaire qui dépasse de très loin le plaisir scopique auquel le relègue le cinéma occidental. Presque toujours, la caméra japonaise se place au lieu précis d'où on assiste à l'ineffable : elle exprime dans l'espace l'âme des personnages ; le temps lui-même est souvent symbolisé par un paysage. Et très souvent, dans le cinéma nippon, se manifestent des disparitions, qui sont autant de faux-semblants : dans Contes de la lune vague après la pluie, la créature fascinante dont s'est épris le héros était un fantôme ; le samouraï de Sanjuro disparaît sans laisser de traces ; le mari de Maborosi devient une ombre sur la mer ; le vieil homme et la jeune infirmière de la Forêt de Mogari vont confronter leurs deuils respectifs dans la forêt à laquelle nous renvoie le titre...

À vos rêves !

Emmanuel Leclercq, Directeur du Méliès

 

La notion de paysage, qui existe déjà dans la Chine et le Japon des premiers siècles, n'apparaît chez nous qu'au 16ème siècle, et en lien exclusif avec la peinture : de Giotto à Cézanne, le paysage y aura toute sa place, avant d'être pratiquement abandonné. De manière générale, notre regard et notre rapport au paysage sont programmés au travers d'une sédimentation de références picturales et littéraires. Qu'en est-il ailleurs ? Comment dans une partie de l'autre civilisation paysagère, en l'occurrence le Japon, s'est construite la notion de paysage ? Sont-ce les mêmes ressorts qui ont servi l'émergence du concept ? Existe-t-il des points communs avec notre construction occidentale ? Pour tenter une approche, le C.A.U.E. 64 et Le Méliès de Pau initient ici la « Quinzaine cin'espaces », dont cette première édition sera articulée autour du paysage dans le cinéma japonais, par des films, des conférences, et bien d'autres événements que nous vous laissons découvrir au fil des pages.

Patrick Fifre, Directeur du C.A.U.E. 64

retour