vous êtes ici : Actualités > articles

Articles

01/12/2014Faire-part de décès

Né en 1955 dans l’Eure, il a vécu sa jeunesse à Caen. Il est resté toujours profondément attaché à cette région. Il commence des études d’architecture à Paris puis évolue vers le paysage et intègre l’ENSP en 1976.

Il présente son diplôme en 1981. C’est à cette période qu’il commence un travail sur les cimetières paysagers qui fera l’objet de son mémoire de fin d’études. Il aura l’occasion de reprendre le sujet par la pratique en intervenant à plusieurs reprises sur des projets de cimetière dont celui de Fermanville dans la Manche, où il est enterré.

Il ouvre son agence en 1982 et devient parallèlement assistant de Lucienne Taillade-Collin à l’ENSP.


En 1984, il est lauréat du concours organisé par la Ville de Brest et y réalise avec l’artiste bavarois Nils Udo le parc Eole où il pourra exprimer son extrême sensibilité au lieu et la finesse de ses propositions paysagères. Il recevra pour ce projet une mention spéciale du jury pour le trophée du Paysage en 1991, ainsi que le Janus de l’Industrie, prix récompensant sa conception et la réalisation de la passerelle au-dessus de la cascade.


Dès son installation dans l'Yonne en 1986 - où iI collaborera avec Philippe Raguin et Myriam Hollard - il comprend l’importance historique des Jardins Renaissance à Vallery et participe en tant qu’élu de la commune au montage du projet pour le sauvetage du site, dans le but d’une restitution des jardins.


Le Square des Longs-Prés à Boulogne-Billancourt en 1990 montre sa grande rigueur formelle et son attention aux choix des matières comme du végétal. La même année, le jardin Marguerite de Bourgogne à Tonnerre fait à nouveau la preuve de son intelligence de l’espace et du temps. Ce projet est une réponse fine et sensible pour la réalisation d’un jardin public contemporain dans un lieu chargé d’histoire au pied de l’Hôtel-Dieu de Tonnerre.


Inauguré en 1997, le jardin de la Cité de l'Espace lui permet de travailler à nouveau son goût pour la technologie et l'ingénierie au service du sensible.


En 2003, il retourne dans sa région d’origine, la Normandie, et s'installe à Caen. Parmi les projets qui mobilisent son attention dans cette période, on peut évoquer sa participation à l’équipe qui réhabilitera le site Moulinex à Alençon ou la création du cimetière de Colombelles.


Il affectionnera toujours la rencontre et le partage avec les sculpteurs et travaillera notamment avec Nils Udo, Dominique Bailly et Daniel Pontoreau.


Louis Maunoury est décédé le 17 novembre 2014 - « Dans l’ensemble multiple que constitue le monde paysagiste en Europe et ailleurs, il faudra bien un jour que l’on y reconnaisse la part entière de l’artiste. Louis Maunoury, de mon point de vue, entre dans cette catégorie, c’est un artiste. » (Gilles Clément)

retour